mardi 25. février 2020

Inspirez-vous

 


Migration & Asile
une Europe accueillante?



Nos racines:
LA PENSÉE SOCIALE CHRÉTIENNE
  • Mark Butaye o.p.

     

    L’hospitalité au-delà de toute condition


    La tradition sociale chrétienne est bibliquement fondée sur la «fraternité» et les responsabilités réciproques et la reconnaissance de la dignité humaine qu’elle engendre, en toute circonstance : " Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu'à moi »(Gn 4,9-10 ) . Comme l'encyclique Pacem in Terris a déclaré sans équivoque : «Toute personne a le droit fondamental de vivre dans la dignité " ( Pit, 11 ) . Cette reconnaissance est inconditionnelle et se concentre plus urgemment là où la création de Dieu a été blessée, négligée , discriminée ou dévastée au sein de son peuple . Sa création doit être rétablie sans condition. Jean-Paul II a indiqué clairement que la responsabilité humaine s’étend au-delà même de la fraternité : « Sa situation juridique irrégulière ne peut permettre au migrant de perdre sa dignité, car il est doté de droits inaliénables, qui ne peuvent être ni violés ni ignorés» .

     

     La réciprocité est également fondée sur le fait que l'Eglise considère l'humanité comme un peuple de pèlerins, nous rappelant que nous sommes temporairement les utilisateurs et non les propriétaires de la terre sur laquelle nous vivons. Elle nous rappelle aussi de ne pas oublier en de " temps meilleurs " notre expérience commune d'avoir été des réfugiés dans le passé. En 1945, quand plus de 11 millions de réfugiés "européens" ont été accueillis dans les pays voisins , Pie XII a exhorté à soutenir et à accompagner de manière structurée les personnes sans défense , étrangères sur leur propre continent.

     

    lire plus

     

     

     

    "Aussi bien est-ce un droit inhérent à la personne humaine que la faculté de se rendre en tel pays où on espère trouver des conditions de vie plus convenables pour soi et sa famille". Pape Jean XXIII (Pacem in terris, 105-106)

     

     

    "Les institutions des pays d'accueil doivent veiller soigneusement à ce que ne se répande pas la tentation d'exploiter la main d'œuvre étrangère, en la privant des droits garantis aux travailleurs nationaux, qui doivent être assurés à tous sans discrimination". Compendium de la Doctrine sociale de l´Église (298)

     


    Prions pour avoir un cœur qui accueille les immigrés. Dieu nous jugera sur la façon dont nous aurons traités ceux qui sont dans le besoin.

     

     

  • Christian Mellon sj

     

    Accueillir l’étranger


    Au moment de voter, le chrétien ne peut juger secondaire la question des politiques d’asile et d’immigration. C’est en enjeu central pour sa foi.

                     

    En matière d’asile et d’immigration, les principes proclamés par l’Union européenne ne sont guère différents de ceux que défendent les chrétiens. Ce que constatent et déplorent les organisations chrétiennes qui défendent les droits des migrants, c’est que ces principes sont relativisés dans la pratique, en raison de la priorité donnée par les responsables politiques à la volonté de limiter l’accès des étrangers extracommunautaires au territoire de l’Union.

     

    Cette volonté relève de ce que le pape François dénonce comme une « culture du rejet », qu’il invite à convertir en une « culture de la rencontre », car, pour un disciple du Christ,  l’accueil de l’étranger va au-delà d’une simple exigence morale ou juridique : l’enjeu est spirituel, puisque le Seigneur s’est identifié à l’étranger (Mt 25, 35). Lorsque les chrétiens s’élèvent contre la « mondialisation de l’indifférence » dramatiquement illustrée par le drame de Lampedusa, c’est parce qu’ « il y a des pages de la Bible que l’on ne peut arracher », selon la formule d’un évêque français lors d’un débat public sur ces questions.

     

       lire plus

     

     

     

    "Aussi bien est-ce un droit inhérent à la personne humaine que la faculté de se rendre en tel pays où on espère trouver des conditions de vie plus convenables pour soi et sa famille". Pape Jean XXIII (Pacem in terris, 105-106)

     

     

    "Les institutions des pays d'accueil doivent veiller soigneusement à ce que ne se répande pas la tentation d'exploiter la main d'œuvre étrangère, en la privant des droits garantis aux travailleurs nationaux, qui doivent être assurés à tous sans discrimination". Compendium de la Doctrine sociale de l´Église (298)

     


    Prions pour avoir un cœur qui accueille les immigrés. Dieu nous jugera sur la façon dont nous aurons traités ceux qui sont dans le besoin.

     

  • Prof. Regina Polak

     

    La migration, "marqueur d’une époque"


    L’Eglise catholique considère la migration comme «marqueur d’une époque» (EM 14). La migration invite à construire ensemble une humanité rénovée.  Pour les croyants, la migration est un instrument de l’histoire du Salut. La migration offre l’occasion d’apprendre la justice, de mettre en oeuvre le vivre ensemble d’une humanité multiple et diversifiée et en cela d’éprouver la grâce de Dieu.

     

    Cette manière de considérer la migration comme une bénédiction (EM 101; CSD 297) la foi  chrétienne  la doit à son histoire. Les pérégrinations, la fuite, l’exil, la diaspora sont des expériences bibliques fondatrices. Dans les récits concernant Abraham, la fuite en Egypte et l’exil babylonien, la migration est reconnue comme une expérimentation de la grâce de Dieu. De là est née une éthique, qui consiste à se sentir responsable de l’étranger. La vie de Jésus est caractérisée par l’absence de patrie. 

     

    lire plus

     

     

     

    "Aussi bien est-ce un droit inhérent à la personne humaine que la faculté de se rendre en tel pays où on espère trouver des conditions de vie plus convenables pour soi et sa famille". Pape Jean XXIII (Pacem in terris, 105-106)

     

     

    "Les institutions des pays d'accueil doivent veiller soigneusement à ce que ne se répande pas la tentation d'exploiter la main d'œuvre étrangère, en la privant des droits garantis aux travailleurs nationaux, qui doivent être assurés à tous sans discrimination". Compendium de la Doctrine sociale de l´Église (298)

     


    Prions pour avoir un cœur qui accueille les immigrés. Dieu nous jugera sur la façon dont nous aurons traités ceux qui sont dans le besoin.

     

     

On passe à l'action:
LES PROPOSITIONS DES ORGANISATIONS CHRÉTIENNES
AUTRES PROPOSITIONS

Jesuit Refugee Service

 

Rethink the reform proposals for the Common European Asylum System (CEAS)

Le Service Jésuite des Réfugiés

 

D’abord recourir à des alternatives à la détention.

Le Service Jésuite des Réfugiés

 

Améliorer les conditions de vie dans les centres de détention

Le Service Jésuite des Réfugiés

 L. Boldrini

Garantir un régime européen d’asile plus digne et humain

Le Service Jésuite des Réfugiés

 

Améliorer le régime de protection, aux points d’entrée de l’UE

Le Service Jésuite des Réfugiés

 

Stopper le renvoi de migrants vers des pays où leur vie serait en danger

Caritas Europa

 

Assurer une protection adaptée aux migrants et demandeurs d’asile aux frontières extérieures de l‘UE

http://theeuropeexperience.com/